LA VOIE SANS TÊTE
Une méthode d'auto-enquête
initiée par Douglas Harding
NoFacebook page on Facebook Facebook
Headless Way page on Facebook Facebook
Sign up for our Newsletter Newsletter
Sign up for our Online Course eCourse

LE CERCLE SANS TÊTE


Commentaire de Richard Lang

Vous êtes l’Un qui inclut le Multiple.

Mettons cette revendication à l’épreuve. Voyez si la description suivante est vraie aussi pour vous.

Avec quelques amis, formez un cercle – disons, entre 3 et 10 personnes.

Posez vos bras autour des épaules de vos voisins pour vous rapprocher et regardez vers le bas.

Vous regardez sur un cercle formé par des corps. Bien entendu, les gens sont différents les uns des autres, chacun occupant sa propre place. Ils ne se fondent pas dans une sorte d’ « unité ».

Chaque personne a son passé et sa propre histoire, un nom, un âge, une nationalité et ainsi de suite. Là, en bas, nous sommes tous séparés, différents, plusieurs.

Regardez votre propre corps – il disparaît au-dessus de votre poitrine. Vous êtes sans tête. Votre corps émerge de votre être, d’un espace conscient. Vous avez deux aspects – votre côté humain individuel se trouve en bas et, en haut du cercle, il y a cet espace conscient.

Remarquez que les autres corps disparaissent également en haut de leurs de leur poitrine – dans le même espace conscient où disparaît votre corps..

Ici, en haut du cercle, il n’y a pas plusieurs espaces – un Seul. Dans cette conscience sans forme, il n’y a pas de lignes de division.
Cette conscience unique vous appartient. C’est ce que vous êtes – c’est votre Être profond. En tant que cette conscience, vous incluez tous ceux présents. Tous ces corps disparaissent et apparaissent dans votre for intérieur. Ils sont en vous. Là, en bas, nous sommes plusieurs, ici, nous sommes un.

Chacun de nous a son propre point de vue, ses propres pensées et sentiments. Tout ça est caché. Je ne sais pas ce que vous pensez, ni quel est votre passé. Il se peut que je ne connaisse même pas votre nom. Vous ne savez pas non plus ce que je pense etc. Nous sommes distinct et différent. A beaucoup d’égards, nous sommes un mystère l’un pour l’autre.

Mais en haut du cercle, vous n’êtes pas différent de moi, vous n’êtes pas caché. Ici, je ne vois pas seulement Qui je suis réellement, mais aussi Qui vous êtes réellement, car rien ne nous sépare, rien n’est dissimulé ni occulté. Ici, je vois que vous êtes comme moi : ouvert, clair, calme, sans frontière…

Ici, au sommet du cercle, dans l’être silencieux, dans cette vaste clarté, dans cette simplicité, toutes nos différences sont dissoutes, toute séparation est transcendée – sans nier ni détruire nos précieuses différences, là en bas. L’Un en haut a de la place pour chaque point de vue, de la place pour chaque individu.

Être l’Un, l’Unique

Observant l’Observateur, je rentre chez l’Un, chez l’Unique, chez l’Être que je suis réellement. En bas du cercle, je suis un parmi beaucoup – les autres se trouvent à mes côtés, avec moi mais séparés, peut-être même contre moi. Mais, ici, au-dessus de la poitrine, il n’y a plus d’autres. Toute division est guérie, toute séparation est transcendée, toute différence est anéantie.

Ici, l’Un est en tous et inclut chacun. C’est votre Être.

Implications

Quand je présume être mon paraître, négligeant l’étendue de mon être tout entier, je considère les autres comme étant à l’extérieur de moi-même, distants, pas moi, différents – et potentiellement menaçants. Je leur fais face avec mon propre visage, mon apparence, mon corps, ma nationalité, mon âge… La confrontation mène si souvent au conflit. C’est alors une situation « vous et moi », un scénario « eux et nous ».

Quelle différence cela peut-il faire si je me réveille à l’espace que je suis ? Je reste toujours conscient d’être un individu à part entière – je vois mon corps séparé du vôtre, je sais que mes expériences sont différentes des vôtres. Mais je suis aussi conscient de ne pas être une personne, d’être tout le monde, car je suis l’Unité en qui tous les êtres se rassemblent. A présent, je réalise que vous n’êtes pas simplement « l’autre », vous êtes aussi moi-même. Votre corps est dans mon être, tout comme mon propre corps est à l’intérieur de ce que je suis – je suis espace d’accueil pour les deux. Désormais je ne vous oppose plus, face à face, mais je vous inclus, espace à face. Je suis vous.

Plus je suis en mesure de prendre ce fait au sérieux, la conscience opèrera un changement dans ma façon d’établir une relation avec les « autres » – car je vois maintenant les « autres » comme étant moi-même. Une fois que vous vous éveillez à cette vérité profonde, que vous en voyez sa réalité sublime, continuez alors à la contempler, revenez constamment à elle, à l’être consciemment, à vivre à partir d’elle et à en explorer son sens. Observez comment cela affecte votre manière de répondre aux autres. Réjouissez de cette merveilleuse et incroyable découverte que les autres sont également ce que vous êtes !

Dans une gare fréquentée, dans un café, à une fête, au bureau, à la maison, au marché – où que je sois, il est en mon pouvoir d’être conscient que je suis l’espace qui inclut et qui contient toute chose et chacun. Quelle intimité. Quelle profondeur. Quelle beauté. Comment cela change ma vie. Comme c’est vrai.

Réveillez-vous et aimez à vous sentir un avec tous les êtres !

Citations

Nous sommes tous plus ou moins malades jusqu’à ce que, par investigation de soi, nous découvrons que nous sommes Un avec tout un chacun. D.E. Harding

Nous sommes Un, pas par exclusion mais par inclusion. D.E. Harding

Ici, nous plongeons en dehors des différences – ou plutôt, nous plongeons en laissant nos différences flotter. D.E. Harding

Quand il se réveille et voit qu’il n’y a personne à la maison, il dit alors, ‘Je suis et il n’y a personne autre que moi.’ Rumi

Tournez votre visage vers votre propre visage : il n’y a pas plus proche parent que toi-même. Rumi

Je suis Un. Je suis le Brahman suprême. Je suis le Seigneur de l’Univers. Ceci est la conviction établie d’un Mukta . Toute autre expérience conduit à l’esclavage. Devikalottara

La peur vient quand il y a deux. Brihadaranyaka Upanishad

Haut de la page

Commentaires

Je voulais juste vous faire part de la première réaction que j’ai eue en voyant le Cercle sans Tête. En un rien, ma conscience est passée d’une vision ordinaire (perception normale et sensorielle des objets) à une vision sans tête (conscience de la vacuité). C’était poignant ! J’ai presque senti le clic. Je suppose que les deux états correspondent à des sensations substantiellement différentes. La vision sans tête me procurait la conscience d’être conscient. Je me sentais grand, centré, paisible, omniprésent. Cela a peut-être duré une ou deux minutes. Des coups d’œil répétitifs sur le cercle sans tête formé par les gens reproduisaient la conscience consciente, mais cela prenait plus de temps pour m’en rendre compte.
J’ai maintenant coupé l’image du cercle sans tête qui se trouvait sur la brochure de votre atelier de travail. Je l’ai mise dans un joli petit cadre sur mon bureau, devant moi.

La regarder, de temps en temps pendant la journée, me permet de placer la vision sans tête dans un mode de conscience plus permanent, mieux reconnaissable. R.B. Afrique du Sud

Quelle était ma réaction spontanée en voyant le dessin (le cercle sans tête) ? « Le Dixième Homme est l’Homme manquant qui regarde. » C’est un ‘jeu’ que je joue si souvent quand en compagnie de trois à dix personnes ! Le cercle grandit ou diminue dépendant du nombre de participants. Qui ou ce que je suis – comme le dit si bien Douglas – est cette « absence en faveur des autres. » R.N. Afrique du Sud

En dépit de sa simplicité, j’ai trouvé très intéressante l’expérience où on forme un cercle. Pour cette expérience, que nous faisons d’habitude à la fin des réunions, mais aussi (comme hier) au début, les participants forment un cercle, chacun posant les bras sur les épaules de son voisin et regardant vers le bas, en direction des jambes qui, comme des vêtements, semblent suspendues à un fil de linge. Dans cette expérience, c’est comme si mes propres jambes ne m’appartiennent pas et – qui plus est ! – la conscience de toutes ces jambes non plus ne m’appartient particulièrement. Étonnant ! Ensuite, nous levons tous nos têtes et nous regardons – il y en a une qui manque, bien entendu. Est-ce que la conscience doit devenir mienne et non pas celle de quelqu’un d’autre ? C’est à en rester perplexe ! R.W. U.S.A..

Continuez avec une autre expérience

Retour vers le haut de la page

Headless on Youtube
Click here for workshops with Richard Lang
Click here for details on the next Summer Gathering in the UK
Click here for details on the American Gathering
Click here for information on online hangouts
Click here fora free e-course
The Youniverse Explorer is now available
Click here for our online shop
Click here to get the free Headless iPhone app
Click here for downloadable videos of Douglas Harding
Click here for the Latest News
Click here to Donate